faire son deuil

Faire le deuil de son chat ou de son chien

Catégorie(s) : Actualités, Chat, Deuil

Il n’y a pas plus difficile pour un propriétaire de chat ou de chien que de perdre son animal. Parce qu’au-delà de la perte et du chagrin, il y a le regard culpabilisant de la société.

Ce n’était qu’un animal, prends-en un autre !

Quelle phrase douloureuse ! Et tous ceux qui ont connu la perte d’un chat ou d’un chien l’ont entendue un jour cette phrase.
Alors que le chagrin n’a rien à voir avec le fait qu’il s’agisse d’un être humain ou d’un animal. La peine que l’on éprouve est en rapport avec l’amour que l’on a pu ressentir.

Plus vous avez aimé une personne ou un animal et plus le travail de deuil sera long et douloureux, c’est aussi simple que ça.

Et quelqu’un qui n’a jamais vécu de relation intense avec un animal, quel qu’il soit, ne pourra jamais comprendre la souffrance ressentie. Cette peine est propre à chacun et on ne devrait jamais comparer ou hiérarchiser les souffrances des autres. La perte et le degré de souffrance sont liés à l’expérience personnelle.

Faire son deuil

Il est essentiel de pouvoir exprimer sa peine, voire d’en parler autour de soi. Le silence ne sert qu’à intensifier le chagrin et cela prolonge le processus de deuil qui n’est déjà pas simple. Si votre entourage ne peut pas comprendre votre douleur ni vous aider à la surmonter, il vaut alors mieux se tourner vers des groupes de parole ou des professionnels qui sauront vous accompagner dans ce processus de deuil afin que vous n’ayez pas à surmonter seul cette épreuve.

Déni, choc, colère, culpabilité, dépression, les étapes du deuil d’un animal sont les mêmes que pour un humain. Il n’y a pas de recette miracle, le processus est plus ou moins différent et plus ou moins long selon chaque personne.

Il existe un petit livre qui pourra vous aider à passer ce cap. Ecrit par une vétérinaire, il permet d’appréhender ces différentes étapes, l’auteur évoque la perte de l’animal et parle ouvertement de l’euthanasie.

Ce livre permet également d’ouvrir le dialogue et de faciliter la compréhension de votre chagrin par ceux n’ont jamais partagé de moments intenses avec un animal de compagnie.

 

 

Un peu de lecture

Philippe Ragueneau, écrivain et journaliste français était un amoureux des chats. Voilà un texte qu’il a écrit.

« Je me souviens de cette femme, un soir, qui pleurait … C’était chez des amis. On se donnait des nouvelles des enfants. Elle avait dit simplement : « Mon petit chat est mort. » Et elle s’était mise à pleurer … Et, dans un coin du salon, un monsieur avait dit à un autre, en haussant les épaules : « Ce n’est qu’un chat, quand même ! … »

Ce n’est qu’un chat !… Mais c’est immense, un chat, vous ne savez pas, Monsieur ? C’est immense … Vous n’en avez pas, évidemment, et vous ignorez que l’on peut avoir, lorsqu’il s’en va à tout jamais, autant de chagrin que s’il s’agissait d’un enfant … Aux gens qui n’en ont pas, ça paraît sacrilège … Comment peut-on comparer, n’est-ce pas ? …

C’est parce que vous ne savez pas, Monsieur. Vous ne savez pas la place que ça prend, un chat, dans une vie – ces yeux d’or qui vous dédient un regard d’éternité, cette patte douce qui se pose sur votre main, ces mouvements qui sont la beauté et la grâce et dont chacun exprime une sensation, un sentiment, et cette tête ronde et dure qui se colle à votre tempe pour vous dire je t’aime aussi …

Tout cela, Monsieur, vous ne le savez pas, et quelque chose vous manque.

Mais je ne sais pas si je dois vous plaindre ou vous envier … Parce que vous ne tremblez pas chaque fois qu’il tousse, ou éternue, ou n’a pas faim ; chaque fois qu’il s’est battu et que l’on cherche dans son poil, la trace des morsures et des griffes ; chaque fois qu’il rentre tard et que l’on ne sait pas, si dans la rue, un imbécile, qui roulait trop vite, ne l’a pas projeté contre un mur, désarticulé, brisé …

Mais vous ne connaîtrez jamais non plus, c’est vrai, le bonheur d’un amour gratuit partagé. Parce que les chats, Monsieur, c’est tout le contraire de ce que certains racontent : c’est tendre, c’est bon, c’est fidèle, c’est lucide, c’est intelligent, c’est doux et ça vous dit des choses … Tant de choses ! …

Alors j’aurai voulu la prendre dans mes bras, cette femme que je connaissais à peine, et qui pleurait, et j’aurais voulu lui dire :

« Je vous comprends … Pleurez tant que vous voudrez, pleurez sans vous soucier des autres. Eux ne savent pas et moi si … »

 

2 Commentaires

  1. bonsoir je vient vers vous car moi aussi j’ai perdue mon bébé d’amour c’était son surnom car je parle de mon chat mon fils il et décédé il y a maintenant 3 ans et et 2 mois mais je n’arrive toujours pas à faire mon deuil car pour sa j’avait fait une dépréssion meme ci j’arrive à vous ecrire j’ai mon coeur brisé j’ai mais larmes qui arrive encore à coulé et meme sa m’arrive de réver de lui mais vivant et ses tellement trés triste le lendemain matin quand je me réveille que ce n’était qu’un rève alors pourquoi pourquoi et quand je pourrait penser à lui mais sans souffrir

    A L’AIDE

    • Bonjour Corinne

      Je comprends votre souffrance et malheureusement, seul le temps vous permettra de passer le cap. Essayez de lui créer une page sur le site Cimetière Virtuel pour Chats, ça a aidé certaines personnes. Voilà l’adresse : http://www.cimetierepourchat.com
      Vous pouvez essayer d’aller faire du bénévolat dans un refuge pour chat, peut-être que d’en aider certains pourrait vous aider, je ne sais pas.

      Je vous souhaite tellement de courage.
      Bien à vous

Les commentaires sont fermés.